Détails actualité

26/06/2012 Hannes Swoboda : "Nous avons déjà un nouveau souffle en Europe mais nous devons renforcer les liens entre les Etats membres"

A l’occasion de sa rencontre à Paris, la semaine dernière, avec le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, le Président du groupe Socialistes et Démocrates au Parlement européen a tenu une conférence de presse sur les enjeux liés à la crise financière européenne. "Nous avons déjà un nouveau souffle en Europe mais nous devons renforcer les liens entre les Etats membres, et également entre les socialistes", a expliqué M. Hannes Swoboda. Crise financière, pacte de croissance, Schengen... Dans un entretien à Toute l’Europe, M. Swoboda commente l’actualité européenne et donne sa vision sur l’avenir de l’UE.



Un pacte de croissance indispensable pour l’avenir économique de l’Europe

Les discussions du G20 au Mexique le 18 juin dernier n’ont pas produit les résultats escomptés. Réunis pour discuter de coopération économique, de croissance et d'emploi, les pays participants ont davantage parlé de crise européenne, au grand dam des dirigeants. "Les Américains et les autres pays du G20 ont dit clairement qu’il n’était pas possible de tolérer [la politique actuelle de l’UE], on peut discuter du futur de l’Europe mais on ne peut pas discuter sans prévoir des actions concrètes", résume le président du groupe S&D.

Qui est Hannes Swoboda ?

Membre du Parti social-démocrate autrichien, M. Swoboda entre au Parlement européen en octobre 1996, lors des élections européennes partielles qui suivent l’adhésion de l'Autriche. Il devient vice-président du groupe des Socialistes et Démocrates l'année suivante, poste qu'il occupe jusqu'en 2012. Membre de la commission parlementaire des Affaires étrangères, spécialisé sur les Balkans, il est le rapporteur annuel du Parlement européen sur la candidature de la Croatie à l'entrée dans l'Union européenne.

Il a été élu le 17 janvier 2012 Président de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen (S&D).

Pour M. Hannes Swoboda, il est temps de trouver une politique commune en Europe axée sur la croissance. "On ne peut pas trouver un accord global sans une politique commune en Europe sur la croissance : c’est la vraie condition pour chaque accord global et international", rappelle-t-il.

"Jusqu’à présent", explique M. Swoboda, "nous avons essayé de convaincre les Premiers ministres des Etats membres de soutenir la politique de rigueur de Mme Merkel, mais nous avons pu voir que cette politique ne donnait pas de résultat". Pour le président du groupe, la victoire de François Hollande est "importante car maintenant nous allons pouvoir ajouter une politique de croissance à la politique d’austérité". "Tous les socialistes en Europe demandent l'ajout de ce volet croissance", a-t-il ajouté.

L’Union bancaire est également l’un des fers de lance d’Hannes Swoboda pour qui cette Union pourrait "démarrer à 17". Cependant, "il faut renforcer la zone euro sans oublier les autres Etats membres". La crise en Grèce a eu des répercussions dans les autres pays voisins, rappelle-t-il.

Au sujet de la crise grecque, le président n’hésite pas à critiquer la composition de la troïka européenne qui n’a pas apporté l’aide espérée. "Il faut rétablir le dialogue avec la Commission européenne" et obtenir des actions "concrètes", plaide-t-il.

Combiner les intérêts nationaux et européens pour combattre l’extrême droite en Europe

Après 14 ans d’absence, le Front national est de retour à l’Assemblée nationale. La montée de l’extrême droite inquiète de plus en plus les Etats membres mais peut-on parler d’une "normalisation" des partis européens d’extrême droite ?

Pour Hannes Swoboda, dont le pays compte le plus de députés d’extrême droite en Europe, "l’inefficacité de la politique en Europe et les discours nationalistes ont renforcé les extrêmes". Pour lutter contre l’extrême droite, "il faut rétablir un discours positif qui puisse combiner les intérêts nationaux avec les intérêts européens". "C’est l’un des objectifs des socialistes en Europe, avec bien sûr le soutien des socialistes français", souligne le président du groupe S&D.  

Schengen : "ce n'est pas seulement une lutte entre les institutions européennes"

Le 7 juin dernier, les ministres de l’Intérieur se sont mis d’accord pour modifier les règles de Schengen et assouplir les conditions dans lesquelles un pays peut rétablir les contrôles à ses frontières.

Cette réforme réclamée par la France au lendemain du printemps arabe, a été vivement critiquée par le Parlement européen. Le Conseil de l'UE souhaiterait en effet que la procédure de codécision ne soit plus appliquée dans ce domaine.

Une position contestée par le président du groupe S&D qui rappelle que "le Parlement européen a toujours défendu la liberté de circulation en Europe et a toujours rejeté la possibilité pour les ministres de l’Intérieur de rétablir les frontières et d’écarter Schengen". "Nous insistons sur le principe de codécision entre le Conseil et le Parlement européen. Le ministre français de l’Intérieur Manuel Valls a déjà commencé à changer la politique de la France mais ce n’est pas suffisant". Un sujet qui devrait être au coeur de la prochaine rencontre entre Hannes Swoboda et le ministre français.

Fusionner le rôle du président de la Commission européenne et celui du Conseil de l'UE

Les groupes du Parlement européen ont "déjà décidé de voter pour un candidat ou une candidate commune" au poste de président de la Commission européenne, a indiqué M. Swoboda, précisant qu"'il y avait des candidats informels comme Martin Schultz". "Il faut choisir une personnalité très forte pour renforcer la politique de l'Union européenne et pour renforcer l'Union démocratique et sociale".

Le président du groupe S&D souhaiterait la fusion du rôle du président de la Commission avec celui du Conseil de l'UE qui permettrait d'avoir un seul visage politique en Europe. Une position également soutenue par Angela Merkel.


Ajoutez un commentaire

* - champ obligatoire

*



Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive
Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.
*
*

Lire la charte