Détails actualité

24/06/2011 Le Parlement européen adopte sa version du paquet gouvernance économique

Réuni en session plénière, le Parlement européen s’est prononcé hier sur le paquet "gouvernance économique" préparé en commission Affaires économiques et monétaires. Ce dispositif vise à instaurer une surveillance accrue de la gestion budgétaire des Etats et à combler le silence du Pacte de stabilité sur les réformes économiques structurelles à entreprendre dans la zone euro.

Ainsi, sur la querelle de calendrier, qui opposait les députés qui considéraient qu’il n’était pas judicieux de voter si tôt un paquet encore assez clivant au sein même du Parlement, et ceux qui voulaient au contraire perdre le moins de temps possible, ce sont ces derniers qui ont eu gain de cause. La position du Parlement était donc arrêtée à la veille d’un Conseil européen qui a traité en grande partie d’économie.

Parmi les grandes innovations apportées par les sessions de travail au sein du Parlement, a été validé un recours généralisé à la "majorité qualifiée inversée", un système de vote qui nécessite de rassembler une majorité qualifiée de voix non plus pour valider mais pour bloquer une décision. Appliqué au cas de sanctions pour les Etats refusant d’agir pour corriger leurs déséquilibres budgétaires, cela signifie qu’il leur sera plus difficile d’y échapper.

Le Parlement réclame aussi davantage de transparence dans les débats, une meilleure implication des parlements nationaux et un rôle plus important pour la Commission européenne, une amende supplémentaire pour les Etats ayant falsifié leurs comptes, un éventail plus large de critères à prendre en compte pour évaluer les déséquilibre (en particulier des aspects sociaux)…

Bien entendu, tous les textes n’ont pas suscité le même enthousiasme chez tous les groupes politiques : fidèles à la position qu’ils ont défendue depuis le début des négociations, la gauche et les Verts ont voté contre les textes qui, selon eux, donnaient trop d’importance à la réduction des dettes, sans prendre suffisamment en compte les investissements souhaitables à long terme pour la croissance et l'emploi.


25/06/11, ThIeRrY :
Au niveau Europeen et mondiale cette derive economique constitue un veritable danger pour les hommes et la planete,citons Hayek "un économiste qui n'est qu'économiste devient nuisible et peut constituer un véritable danger."En effet les memes qui depuis des annees sont aux commandes;DSK a ete ministre de l'economie ,ensuite au FMI ,Mario Draghi etait chez Goldman Sach a l'epoque ou la firme a traite avec l'etat Grece, maintenant futur patron de la BCE.Donc ceux la meme qui nous ont amene au bord du gouffre,nous demandent aujourd'hui de nous serrer la ceinture pour notre mauvaise gestion!!!!!!!!!
Des efforts, oui !mais pas pour le monde froid et sans avenir de ces gens la.
Signaler ce commentaire
Ajoutez un commentaire

* - champ obligatoire

*



Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive
Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.
*
*

Lire la charte