Actualités

01/07/2013 Marie-Christine Vergiat : "Apporter un soutien opérationnel aux associations sportives de masse"

Membre de la Commission Culture et Education du Parlement européen, Marie-Christine Vergiat défend activement l’idée d’une action européenne tournée vers le sport pour tous et la reconnaissance de ses acteurs.

Tribune issue de la revue scientifique Sport et Citoyenneté n°23 sur "sport, santé bien-être". Pour la consulter, cliquez ici

Dans quelle mesure le Parlement européen prend-il en compte la dimension santé et bien-être de l’activité physique ?

Sport et citoyenneté, est un think tank européen spécialisé dans l’étude des politiques sportives et dans la promotion des valeurs du sport comme éléments constitutifs d’une citoyenneté européenne. Fort d’un Comité Scientifique pluridisciplinaire composé d’une centaine d’experts, Sport et Citoyenneté intervient auprès des pouvoirs publics afin d’engager un dialogue civique dans le domaine du sport et de militer pour sa spécificité à l’échelle européenne, en raison de ses aspects sociaux, éducatifs et citoyens.

Marie-Christine Vergiat : Pour beaucoup de personnes, le  sport est d’abord un moyen pour être en bonne santé. Cette dimension des activités sportives est bien évidemment soutenue par le Parlement européen.

Pour autant, il ne faut les réduire à cela. Dans sa résolution sur la dimension européenne du sport (2012) , le Parlement a voulu que soit également prise en compte la dimension sociale, économique, éducative et culturelle de ces activités en accordant une reconnaissance à la dimension sociétale du sport de masse et en permettant que tout un chacun puisse y accéder.

À cette fin, le Parlement a demandé aux Etats membres de veiller à ce que le sport fasse partie du cursus de tous les établissements, à tout niveau d'enseignement, et  d’encourager la pratique de ces activités dès le plus jeune âge et tout au long de la vie. Et pour que l’on n'en reste pas aux mots, il convient d’accorder les financements publics adaptés notamment aux associations et autres organismes actifs en la matière.

C’est ce que prévoit le cadre budgétaire 2014-2020, dans le cadre du programme "Erasmus pour tous". Quelles sont vos attentes ?

Marie-Christine Vergiat : Avec l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne en 2009, l'UE a acquis de nouvelles compétences en matière de sport et notamment la possibilité d'élaborer un programme spécifique européen, appuyé par un budget.

Pour la période 2014-2020, le sport disposera donc d’une ligne  budgétaire ad hoc dans le cadre du programme "Erasmus pour tous". Même si les négociations avec la Commission et le Conseil sont toujours en cours, nous avons réussi à la maintenir. Et nous voulons qu’une attention particulière soit portée sur le sport de masse et l'accès au sport pour tous. Pour concrétiser ces beaux objectifs, j'espère que nous réussirons à réintroduire la possibilité d'un soutien opérationnel aux associations sportives de masse et pas seulement le financement des projets et événements sportifs.

Dans une déclaration écrite (2010), vous appeliez la Commission à envisager la création d’un statut européen des associations, fondations et mutuelles. Quel seraient les bénéfices pour le sport ?

Marie-Christine Vergiat : L'adoption de cette déclaration est un signe important en faveur de la reconnaissance au niveau européen des acteurs de l’économie sociale et solidaire.

Ces statuts européens n’ont pas vocation à se substituer aux statuts nationaux mais à permettre de faciliter le regroupement par exemple entre associations de différents pays membres de l’UE, le développement d’activités communes, la mobilité et les échanges. Et c’est aussi et surtout un outil essentiel de la construction d’une réelle citoyenneté européenne, qui ne doit pas rester la simple addition de celle des Etats membres.

Il en va des associations sportives comme de toutes les associations qui souhaitent agir au niveau européen et qui, actuellement doivent opter pour le statut d’un Etat membre. Compte tenu de leur nombre et de leur existence dans chaque Etat de l’UE, les associations  sportives devraient en être les premières bénéficiaires.

Alors que le statut des fondations européennes sera prochainement adopté et qu'il y a des avancées aussi pour les mutuelles, nous nous heurtons à un mur en ce qui concerne les associations. Je le regrette profondément mais j’espère que 2013, proclamée Année européenne des Citoyens, nous permettra d’avancer.


En savoir plus

Ajoutez un commentaire

* - champ obligatoire

*



Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive
Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.
*
*

Lire la charte