Ca s'est passé en plénière

Zoom sur la session plénière

14/12/2011 Cérémonie officielle de remise du prix Sakharov au Parlement européen à Strasbourg

Le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit, décerné chaque année par le Parlement européen, récompense des personnes qui se sont illustrées dans la défense des droits de l'Homme et de la démocratie. Cette année, le Parlement européen a décerné ce prix à cinq personnes, acteurs des révolutions arabes. La cérémonie officielle s'est déroulée ce midi à Strasbourg, malgré l'absence de deux lauréats.

Asmaa Mahfouz, l'une des fondatrices du "Mouvement des jeunes du 6 avril", mouvement qui a appelé au rassemblement place Tahrir au Caire, et Ahmed Senussi, dissident libyen qui a passé 31 ans en prison en raison de son opposition au régime de Mouammar Kadhafi, ont reçu du Parlement européen le prix Sakharov lors de la cérémonie officielle qui s'est déroulé ce midi à Strasbourg.

Deux lauréats n'étaient pas présents à cette cérémonie : l'avocate syrienne Razan Zeitouneh qui dirige des comités de coordination des révoltes en Syrie, et Ali Farzat, caricaturiste de presse et gravement battu par les autorités syrienne qui lui ont cassé les deux mains. "Nous amis syriens sont toujours en train de lutter pour leurs droits et pour des raisons évidentes ils ne pourront pas être parmi nous" a déclaré la Haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

Razan Zeitouneh vit actuellement dans la clandestinité et est accusée d'être un agent étranger par les autorités syriennes. De son côté, Ali Farzat est réfugié au Koweit. Tous deux n'ont pas pu organiser leur voyage jusqu'à Strasbourg. Ce dernier a cependant pu prendre parti à cette cérémonie grâce à une liaison vidéo.

Le Prix Sakharov de cette année 2011 est également attribué à titre posthume à Mohamed Bouazizi, jeune vendeur ambulant tunisien qui s'est immolé par le feu afin de protester contre le harcèlement des autorités tunisiennes.

"Ces personnes ont contribué à des changements historiques dans le monde arabe et cette récompense réaffirme la solidarité et le soutien ferme du Parlement à leur lutte pour la liberté, la démocratie et la fin des régimes autoritaires" a affirmé le président du Parlement européen, Jerzy Buzek.

Lors d’une conférence de presse donnée à l’issue des votes, les lauréats présents ont tenu à remercier les médias européens pour avoir couvert les événements et pour les avoir soutenu, par leur présence et leur travail, dans leur combat contre la dictature. Interrogé sur les relations entretenues par les dirigeants européens avec certains de ces dictateurs déchus, Jerzy Buzek a souhaité « ne blâmer personne ». Il a cependant rappelé qu’il s’était lui-même dans la Libye de Kadhafi et qu’il avait tenu à ne pas rencontrer le colonel.

Il a cependant rappelé que les relations avec ces dirigeants pouvaient être difficiles mais nécessaires. « Je viens de cette partie de l’Europe où l’oppression était quotidienne. Nous recevions un soutien spirituel et intellectuel des pays voisins de l’Europe de l’Ouest mais avions conscience à l’époque qu’ils ne pouvaient faire plus parce qu’il fallait garder le contact avec les pays de l’Est, maintenir les échanges commerciaux notamment », a expliqué le président du Parlement européen, d’origine polonaise. Il a ainsi précisé qu’il était dans l’intérêt des citoyens des pays sous régime dictatorial que leur pays continue d’échanger, notamment commercialement, avec  les pays démocratiques.

Jerzy Buzek a cependant appelé de ces vœux la mise en place de nouveaux instruments, précisant que le Parlement y travaille actuellement avec la Commission européenne. « Nous sommes en train de reconstruire notre politique de voisinage » a-t-il indiqué, avec notamment des projets d’aide à l’éducation pour former les fonctionnaires des nouvelles démocraties arabes.

 

Ajoutez un commentaire

* - champ obligatoire

*



Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive
Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.
*
*

Lire la charte